Nevada est mort

Disponible en librairie dès le 11 février 2010.

Hurlant en silence la disparition de Nevada, Rocky Surprenant s’enlise dans la routine. Égaré sur la grand-route du destin, il étourdit son désespoir grâce aux jeux électroniques. Soudain, surgi d’un passé heureux, Jésus Chavez, l’ami d’enfance, lui promet de renouer avec le bonheur. Les instincts à vifs, le regard ardent, Jésus traverse la vie comme un ouragan, insouciant des dégâts qu’il cause. Leur fuite entraînera Rocky au bord de l’abîme. Les veines brûlées par l’adrénaline, il foncera tête première. La fougue de son célèbre père, ancien boxeur professionnel et héros de son enfance, renaîtrait-elle en lui?

Nevada est mort. Le bonheur est-il encore possible?

Un roman plein de rebondissements et d’humour. Une écriture enjouée et originale.

Extrait :

« Un matin, je me suis présenté au Furious Pugilist’s Gym en short d’entraînement et en camisole, tout maigre, les bras ballants et un sourire niais déposé mollement sur le visage. Grand-papa Furious m’a regardé pendant deux longues minutes, incrédule, puis il a haussé les épaules.
⎯ Je veux boxer, que j’ai dit.
⎯ T’es sûr ?
J’ai hoché la tête. Le visage du vieil entraîneur s’est durci. Une ombre sèvère planait au-dessus de son crâne lisse qu’il grattait d’un doigt perplexe. Ses traits contractés m’avertissaient du sérieux de mon entreprise. On n’entre pas dans la boxe du bout du pied comme on pénètre dans l’eau froide. On y plonge corps et âme ! Aucun boxeur ne survit sur un ring s’il n’a ni la volonté ni l’abnégation d’un saint martyr.
On ne joue pas à la boxe. »